La leptine : une nouvelle piste pour faire perdre rapidement du ventre chez la femme ?

C’est un fait scientifiquement prouvé: la plupart des femmes (et des hommes) qui suivent un régime finissent par reprendre du poids dans l’année…

Voilà qui est plutôt décourageant.

Quelles en sont les raisons ? Elles sont doubles.

L’une d’entre elles est psychologique. Les personnes désirant maigrir voient leur régime comme une solution court-terme et ne changent pas leur comportement alimentaire et hygiénique et les mauvaises habitudes reprennent le dessus.

L’autre raison tient dans notre métabolisme et sa régulation par les hormones. Les mécanismes de régulation de notre organisme tendent à maintenir une certaine stabilité de notre poids sur le long terme. Lorsque nous diminuons nos apports énergétiques de manière constante, notre corps nous répond en nous demandant de manger plus et en augmentant notre sensation de faim.

En fait, des recherches récentes ont mis en lumière le rôle de deux hormones secrétées respectivement par l’estomac et les cellules adipeuses de l’organisme : la ghréline et la leptine.

 

Le contrôle hormonal de l’appétit et de la graisse corporelle

La leptine et la ghréline apparaissent comme des acteurs clé de la régulation de l’appétit qui intervient évidemment dans l’évolution de la masse corporelle et de sa teneur en masse grasse.

La leptine est sécrétée principalement par les cellules adipeuses, mais aussi par l’estomac, le cœur, le placenta et les muscles de l’appareil squelettique. La leptine contribue à diminuer notre sensation de faim. Le nom leptine vient du grec leptos qui signifie « mince ».

Ainsi la concentration de leptine dans le sang est étroitement corrélée à notre masse graisseuse. Plus vous avez de graisse dans votre corps, plus vous produisez de leptine.

A l’inverse, la ghréline, sécrétée principalement dans la paroi de l’estomac tend à augmenter notre envie de manger.

Les deux hormones activent des récepteurs spécifiques dans l’hypothalamus (au niveau du cerveau).

Mode-action-greline

 

 

La leptine et la prise de poids

Déjà en 1994, les chercheurs ont mis en évidence que certaines souris, dont le code génétique avait été altéré, mangeaient beaucoup et étaient obèses.

Lorsque ces mêmes chercheurs injectaient de la leptine exogène, ces souris perdaient du poids.

Hourra ! Il suffisait donc de fabriquer des comprimés de leptine pour résoudre les problèmes de surpoids de la population.

Mais en biologie, les choses ne sont jamais aussi simples : l’injection de leptine marche sur les animaux et les humains déficients, mais pas les autres…

 

La résistance à la leptine

Malheureusement, les gens en surpoids deviennent souvent et progressivement résistants à la leptine. Certes la leptine est produite en grandes quantités par leurs cellules adipeuses, mais l’hypothalamus est devenu moins sensible à cette hormone et la sensation d’appétit diminue pas ou trop peu.

Dans certaines situations, le cerveau peut même comprendre que vous être en train de mourir de faim !

Nous entrons dans un cercle vicieux :

  1. Nous mangeons trop
  2. Nous grossissons
  3. La leptine est sécrétée en grandes quantités par les cellules adipeuses
  4. Le cerveau (l’hypothalamus) devient progressivement moins sensible à ces concentrations accrues en leptine et pense que nous ne nourrissons pas suffisamment
  5. La sensation de faim augmente
  6. Nous mangeons davantage
  7. Nous prenons davantage de poids
  8. Le cerveau devient moins sensible à la leptine
  9. Etc.

 

La leptine et les régimes hypocaloriques

Il est facile de comprendre, avec ces nouvelles découvertes, la raison du rebond trop fréquent de prise de poids après avoir suivi un régime hypocalorique. Même chez ceux qui n’ont jamais été vraiment en surpoids.

L’amaigrissement initial provoque une diminution de la concentration sanguine en leptine qui provoque une sensation de faim et incite à se réalimenter fortement une fois l’effort de volonté dépassé.

 

La leptine chez la femme

Il semble que la sécrétion de la leptine et la sensibilité du cerveau à cette hormone soit différente chez la femme et chez l’homme.

Bonne nouvelle : la femme sécrète 2 fois plus de leptine que l’homme ! (1)

Mauvaise nouvelle : elle y est 3 fois moins sensible. De plus la sensibilité à la leptine est diminuée par les épisodes de grossesses successives. La circulation de leptine varie au cours du cycle ovarien. Elle est corrélée au taux de progestérone. Elle augmente pendant la grossesse. (2)

 

Comment réduire notre sensibilité à la leptine ?

Comme vous l’aurez deviné, il ne s’agit pas de prendre quelques pilules magiques qui stimuleraient la production de leptine. Il s’agit d’appliquer des règles simples d’hygiène de vie et d’alimentation sur la durée :

  • Pratiquer des activités physiques
  • Limiter le nombre de repas et ne pas grignoter entre
  • Ne pas manger juste avant de se coucher
  • Limiter la quantité de glucides

 

Ce que nous propose Venus Factor

Le programme Venus Factor est exclusivement dédié aux femmes. Il propose une application détaillée et précise des principes décrits plus hauts dans cet article. Il part de l’idée que la leptine est le facteur n°1 de la prise de poids chez la femme (la recherche semble lui donner raison quoiqu’on ne voie pas pourquoi cette approche ne pourrait pas fonctionner chez l’homme ??).

Venus Factor propose un programme complet d’exercices et de comportements alimentaires qui permettraient d’obtenir des résultats spectaculaires et durables. Venus Factor (affiliation) insiste sur le fait qu’il n’y a pas de miracle et qu’une bonne dose de motivation et d’organisation seront nécessaires.

cd-facteur-Venus

Venus Factor n’est pas un régime de privation. Il permet de continuer à manger ce que vous aimez (peut-être) : chocolat noir, pizzas, gâteaux… Mais avec modération et dans des conditions précisément définies par la méthode.

Notre avis : la théorie et les expérimentations scientifiques donnent raison à cette approche. Nous manquons toutefois de recul pratique sur son efficacité. Son prix très raisonnable, sa documentation extrêmement complète nous incite à l’essayer.

Partagez votre avis en laissant un commentaire ci-dessous !

Les plus et les moins
LES PLUS LES MOINS
La théorie éprouvée Le manque de recul pratique sur la méthode (en France)
Le prix très raisonnable
La qualité des outils de travail (livres + DVD ) extrêmement complets
Un régime qui permet de continuer à manger ce que vous aimez

 

References

(1) Thomas T, Burguera B, Melton LJ 3rd, Atkinson EJ, O’Fallon WM, Riggs BL, Khosla S. Relationship of serum leptin levels with body composition and sex steroid and insulin levels in men and women. Metabolism. 2000 Oct;49(10):1278-84.

(2) L. Hardie et al. Circulating leptin in women: a longitudinal study in the menstrual cycle and during pregnancy. Clinical Encrinology. 1997 41 101-107.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

12 − 7 =